Café Givré

image

Myrtille

Le stock commence sérieusement à se vider à la médiathèque, aussi je crois que je vais finir par lire quasiment tout ce que je trouve, à mes risques et périls… Pourtant, cette technique aussi a l’air de marcher, puisque Café Givré s’est avéré être un récit sympathique empreint d’un grain de poésie et de magie.

Katrina vit avec sa grand mère dans un village scandinave, où elles tiennent ensemble un café authentique. Seuls “les Garçons” et quelques rares touristes fréquentent l’endroit, car le bâtiment voisin abrite Java Heaven, un redoutable concurrent. La famille Darling met de la musique à la mode, offre des coupons cafés gratuits à tous les coins de rues ou presque, sponsorise les événements en ville, et vend du café certifié “commerce équitable”. En un mot, ils attirent la ville entière. Mais lorsque Katrina rencontre Malcom, ce drôle de bonhomme en kilt, sa vie est bouleversée à jamais…

Il a suffit que je murmure son nom pour qu’il apparaisse. Comment est-il entré dans le café ? C’est ça que j’aurais dû me demander, mais je n’y pense même pas. Tout ce que je sais, c’est qu’il y a une nouvelle lumière dans la salle si triste il y a encore une minute.
On dirait qu’un petit soleil est caché derrière son dos et le nimbe d’une lumière dorée. On dirait l’une des illustrations du livre. Et je rêve, ou je vois un halo autour de sa tête ?
Je suis complètement paralysée. Est ce que ce ne sont pas des gens timbrés qui ont des visions ? À moins que j’aie une tumeur au cerveau, ou que je sois au bord d’une crise d’épilepsie ?
– Katrina ?
Il fait un pas, et je comprends d’où provient la source lumineuse : de la petite applique qui est au-dessus de l’évier, dans la cuisine. Ce ne sont pas des rayons divins, c’est déjà ça. Je respire mieux, mais je suis aussi un peu déçue. Ce serait quand même génial de tomber nez à nez avec une apparition céleste.

Avec ce livre, j’ai formulé à haute voix ce que je savais pourtant déjà. Je m’attache tellement au personnage principal que mes pensées sont les mêmes que lui. Ici avec Katrina, lorsqu’elle aime quelqu’un, je l’aime aussi ; lorsqu’elle le déteste, de même pour moi… Et je l’ai vraiment réalisé maintenant, car Katrina se pose beaucoup de questions et change très souvent d’avis

Ce qui m’a quand même étonnée et un peu perturbée, c’est que TOUT est bien qui finit bien. Mais VRAIMENT tout ! Finalement, c’est assez mièvre mais ça peut faire du bien, parfois, de lire des livres où tout semble positif.

Note : 8,5/10.

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s