Jenna Fox, tome 2

image

Myrtille

Je dois dire que cette couverture est étrange… Mais j’ai pris les deux tomes à la médiathèque et ce n’est pas un dessin qui va m’arrêter quand je suis décidée à lire un livre, surtout lorsque le premier tome compte parmi mes livres préférés !

Deux cent soixante ans plus tard, Locke et Kara, les amis de Jenna prétendument décédés suite à l’accident, renaissent dans un nouveau corps. Il vivent dans un endroit paisible où l’homme qui les a réveillés leur apprend le monde tel qu’il est désormais. Mais les deux adolescents se rendent vite compte qu’ils ne sont là qu’à des fins commerciales et décident de partir. S’en suit une longue épopée dans les nouveaux Etat-Unis, divisés depuis la guerre civile. Ils découvrent, grâce à Dot, la robot-chauffeuse de taxi, que le docteur ne leur a dit que ce qu’il jugeait nécessaire… Kara est quant à elle assoiffée de vengeance envers Jenna, qui a vécu heureuse tout ce temps alors qu’elle était enfermée dans une boîte. Elle compte bien le lui faire payer.

Au départ, tout est un peu flou… Je m’attendais à ce que ce soit Jenna qui raconte l’histoire – comme dans le premier – aussi j’ai du relire les deux/trois premières pages une seconde fois lorsque j’ai compris qu’il s’agissait du récit de Locke.

Mais une fois que c’est parti, impossible de lâcher le récit ! Locke est un personnage que j’ai adoré, il se remet tout le temps en question, il est un peu perdu après tout cela. Il observe Kara, il veut l’aimer mais il y a une part de lui qui la trouve changée, sauf qu’il refuse de l’admettre. Il lui cherche des excuses, il se dit que lui aussi a changé. Tantôt il se fait presque “envoûter” par Kara et partage ses idées, tantôt il la pense folle mais ne se l’avoue toujours pas et continue de la suivre, pour lui montrer qu’il l’aime. Mais Kara se comporte mal avec lui. Elle est exécrable. Ses idées, sa façon d’être… tout a été modifié. Et elle en est consciente.

« Nous ne sommes pas des gens, Locke. Il n’y a pas de vie à vivre. Nous ne sommes que la mémoire d’une fille et d’un garçon qui ont vécu il y a bien des années. Des souvenirs abrités dans des simulacres de corps. Kara est morte. Elle est morte il y a longtemps. […] Si quelque chose d’elle subsiste encore, il mérite de mourir aussi. […] Kara vous aimait. Elle vous aimait tous les deux. »

Les personnages de Miesha et de Dot sont très touchants. Miesha était la femme de chambre de Locke et Kara au domaine du docteur et elle les a aidé à s’évader. On découvre son histoire et on prend conscience de sa force. Quand à Dot, c’est un robot qui rêve, parce que oui les robots ont des rêves, des espoirs.

Avec sa duologie, Mary E. Pearson nous offre une histoire très intéressante, soulevant de nombreuses questions d’éthique. Je recommande !

Note : 9,5/10.

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s