Gone

image

Myrtille

Depuis le temps que Gone était dans ma PAL, j’ai enfin mis la main dessus à la médiathèque et je l’ai tout de suite commencé. J’en suis R-A-V-I-E !

Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé le fait qu’on commence directement, et qu’on soit happé par le récit dès les premières pages. On est poussé par le besoin d’en savoir plus tout au long du livre, pour obtenir les réponses des questions soulevées. C’est l’une des choses que j’apprécie énormément dans les dystopies : les questions ! C’est ce qui en fait des livres spéciaux, plus propres à la réflexion du lecteur. Pourquoi en sommes-nous arrivé là ? Quelles folies les hommes ont-ils commis ? Ou en quoi est-ce que la nature s’est muée ? Plus spécifique à ce livre, la question de la présence des adultes aux côtés des enfants et adolescents est très, très intéressante. Que deviendrait un monde dans lequel l’autorité serait détenue par des adolescents qui, pour certains, ne connaissent même pas la valeur d’une vie ?

Les mondes dystopiques apportent donc chacun leur lot de complications et de réponses, de façon plus ou moins crédible. Dans Gone, c’est justement ce qui peut paraître effrayant : le récit est criant de vérité. On reste certes dans le domaine de la fiction (et heureusement), mais par rapport au monde mis en place, rien n’est exagéré, tout est savamment dosé. L’auteur a su instaurer un univers pesant tout en restant crédible. Je peux assurer que j’y pensais constamment, ce livre me bouffait de l’intérieur tellement j’étais angoissée et j’avais envie de savoir, là, tout de suite, ce qui allait se passer !

Le récit est vraiment bien mené, je ne me suis pas du tout ennuyée, on n’est pas submergés par les informations, ce qui laisse donc le temps d’analyser plus ou moins la situation alors même qu’on est plongé dans le livre. Et pourtant l’action est bien là. Il y a aussi le fait qu’on sache que pendant que quelque chose se passe (ce qu’on est entrain de lire), il y a un autre personnage ou groupe de personnages qui font autre chose, et cette autre chose renversera peut-être la situation. On ne peut que tenter de deviner…

D’ailleurs en parlant de personnages, il y en a beaucoup pour un premier volume, mais tous ont leur place bien que certains soient intéressants mais trop peu mis en avant. Mais je ne m’inquiète pas trop : s’agissant d’une série, ils auront bien le temps d’être développés !

En fait, les personnages, autant les “gentils” que les “méchants”, me paraissaient plus avoir 17-18 ans que 14-15. Ok, on est capable de se gérer, mais il y a nuance entre se gérer et gérer une ville de gamins terrorisés et bientôt affamés. Enfin, qui appelle ça “gestion”… Il n’empêche, la cruauté dont certains font preuve et le sang froid dont d’autres sont pourvus, c’est impressionnant — et c’est aussi là qu’on se rend bien compte qu’on est dans de la fiction (je sais pas vous, mais pour ma part je n’aurais clairement pas fait long feu dans la Zone !). Il faut aussi voir qu’ils ont environ le même âge que les lecteurs ; c’en est d’autant plus flippant — hop, encore une source d’angoisse et de stress, voyez vous !

Toujours au sujet des questions et de l’ambiance, le compte à rebours en haut de chaque nouveau chapitre est une source supplémentaire d’angoisse, jusqu’à ce qu’on sache ce que ça signifie… et que l’on redouble de stress et de questions !

Une chose que je ne m’explique pas vraiment, c’est que les images étaient très claires dans ma tête, tout se qui se passait était illustré (à mon plus grand dam, parfois, car il ne valait mieux pas avoir une image précise ^^). Ça ne m’arrive que rarement avec autant d’ “intensité” et c’est d’autant plus étrange que ce n’est pas comme si nous étions submergés par les descriptions, au contraire. On pourrait donc regretter un petit vide de ce côté là, mais ce n’est absolument pas mon cas.

Malgré l’horreur, le stress, l’angoisse, etc., je reconnais avoir plusieurs fois éclaté de rire suite aux remarques sarcastiques des personnages ! On peut largement apprécier, vu l’ambiance générale, le fait que certains personnages parviennent encore à faire rire !

Hormis Sam et Edilio, mes personnages favoris sont Diana et Lana <3

J’ai lu de nombreuses fois que plusieurs personnes trouvaient ce livre était trop “glauque”, et sachez que je suis surement parmi les plus facilement choquées / trouillardes de la terre, et je m’étonne presque moi même d’avoir autant apprécié Gone… Comme quoi ;)

Je pense que vous l’avez compris, Gone est à la hauteur de mes espérances et ce premier tome s’est sans conteste faite une place parmi mes nombreuses œuvres préférées.

Note : 10/10.

Louve

Elle a mis son avis en premier mais c’est la dernière à l’avoir lu XP

Moi j’ai littéralement craqué pour ce livre (enfin cette série) ! *.*
Déjà j’adoooore le sadisme et le “glauque” de cette histoire. Pus on avance, plus c’est glauque, dégoûtant, cruel et sadiiique !

Comme Mymy a déjà tout (ou presque) dit, je vais faire la liste de mes personnages favoris !

Drake : (un sadique impitoyable (de notre âge), qui torture tout le monde et qui a un fouet en guise de bras…) Bon je le déteeeeste mais il met de l’action et… de l’angoisse !!

Sam : C’est le héros et je l’adore ! Il pense de la même manière que moi et ses idées sont bonnes je trouve !

Astrid : Dans le 1, je l’aime beaucoup et puis le fait qu’elle forme un couple avec Sam c’est cool ! )

Diana : Ouiiii c’est une méchante (c’est même une fille proche de Caine le vrai méchant) mais on voit qu’au fond d’elle elle à des regrets et des remords.

Mary : Je l’adooore car elle prend les petits sous sa garde de on plein gré elle est courageuse je trouve.

– Et Dahra : Elle, elle est infirmière où plutôt médecin (dans le gros hein ). Et donc c’est courageux ! Et puis elle voit donc deux fois plus d’horreur que les autres !!

Dans les tomes suivants il y a de nouveaux personnages, et Astrid change ( plutôt en mal qu’en bien d’ailleurs) mais Dans le 1, ce sont les personnages que j’aime. Comme Myrtille, je trouve qu’on s’imagine facilement les décors et les actions, qui ne sont pourtant pas trop décrits.

Concernant les méchants, j’adore le fait qu’ils aient notre âge mais se comportent parfois comme des adultes. La drogue ou l’alcool consommés par certains renforcent l’ambiance très glauque et obscure, néanmoins ponctuée par de bons moments.

Note : 10/10.

Publicités

Une réflexion sur “Gone

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s