Gone 5, La Peur

Myrtille

Cela fait maintenant un an que les adultes ont disparus. Malgré la famine et les mensonges, l’épidémie, les enfants de Perdido Beach ont survécu (enfin, dans une moindre mesure…). Mais un nouvel ennemi vient rôder dans le monde fragile qu’ils ont construit. Peut-être le pire de tous : la peur.  Dans l’obscurité qui envahit peu à peu la Zone resurgissent les angoisses les plus terrifiantes. Pourtant, au sein de chaque clan, les survivants continuent à prendre soin les uns des autres, quel qu’en soit le prix…

Quatre mois ont passés depuis la fin du quatrième tome, où Pete a été tué, où Astrid s’est enfuie, où Diana était enceinte de Caine, où les enfants se sont séparés en deux camps : « le lac » (avec Sam, Edilio, Dekka) et « la ville » (avec Caine, Albert, Quinn). Une sorte de répit s’est installé, pour le plus grand bonheur de la majorité. La vie au lac n’est pas idyllique mais n’est pas un enfer. Ils pêchent et cultivent. Ils ont de l’eau pure et douce à profusion, les distensions entre les ados sont rares. Mais bientôt, la paroi s’obscurcit et on se dit que chaque levé du soleil est peut-être le dernier. Pete, de retour à sa façon, n’arrange pas les choses… Plus aucun moyen de communication n’est disponible entre la ville et le lac, c’est pourquoi, des deux côtés et tout au long du livre, des messagers s’aventurent dans le désert en tendant de fendre l’obscurité pour parvenir à leur but. Pourtant, aucun n’ignore ce que l’on peut y trouver, surtout lorsque la nuit est tombée et partie pour ne plus se lever…

Comme vous l’avez compris, la peur envahit la Zone, suinte de tous les recoins. Elle est palpable dans l’air. On devine donc sans mal que cette fameuse ambiance que je soulève dans chacune de mes chroniques est tout aussi pesante, voir encore plus. Même l’Ombre, la cause de toutes les peurs, s’affaiblit. Les personnages, y compris ceux qui ont jusqu’alors gardé un semblant de sang-froid, cèdent peu à peu à la panique.
Les relations entre les ados sont toujours aussi complexes, à l’instar des ados eux-même qui comptent tous plusieurs facettes, et ce depuis le début. Chacun d’entre eux a un jour pété les plombs, effectué une bonne action, se repent sans succès d’un malheur qu’il a causé… Tous sont spéciaux, travaillés, uniques, ont leurs défauts et leurs qualités, sont humains – enfin… dans une moindre mesure pour certains. Tous ont énormément évolués, gagné en maturité, forts (ou affaiblis…) de ce qu’ils ont traversé.

Les nombreuses questions abordées dans le livre portent à réflexion, ainsi que chacun des actes des protagonistes qui nous forcent à se dire « A-t-il bien fait ? Comment aurais-je fais, moi ? Qu’est ce que ça va engendrer ? Qu’est ce que ça aurait engendré si…« . Je n’ai pas pu m’empêcher de refaire le monde effrayant et oppressant de la Zone avec des si. On élabore sans cesse des théories farfelues sur ce qui pourrait advenir ou non de telle ou telle chose. Certaines sont vraies, la plupart sont fausses : c’est le jeu, non ?

Le basculement des points de vue est à nouveau une source d’angoisse pour le lecteur car, comme à chaque fois, le récit est souvent coupé à THE moment. Et puis, nouveauté, nous savons aussi ce qui se passe autour du Bocal, à l’extérieur ! Il y a tellement d’intrigues en cours dans ce volume que même en venant de le terminer, je serais incapable de tout citer. Chaque instant a son importance, un rôle crucial dans l’histoire. L’immersion est à nouveau totale, les sentiments ressentis nous poursuivent hors de notre lecture et s’arracher au livre devient un vrai supplice.

Les titres de la série sont tous merveilleusement choisis. Ils reflètent le thème principal du livre, et pourtant dans chaque opus, tous les titres de la saga forment une suite de mots qui résument l’univers de la Zone. Pour ce qui est des couvertures, d’habitude, je n’aime pas vraiment celles où on voit clairement le visage des personnages, mais pour Gone, elles sont tellement belles et vraies que voilà, je les adore.

Et comme je m’en doutais, ça n’a pas manqué : j’ai lâché quelques larmes en refermant ce livre. Je n’ai pas pleuré pour une fin particulièrement triste et horrible (pas plus que le reste de la saga), mais pour l’accumulation de tout ce qu’il s’est passé. J’ai pleuré pour ceux qui sont morts, et aussi pour ceux qui sont encore là…
Malgré tout, ‘faut pas croire ! J’ai passé un excellent moment en lisant cette saga.
J’ai conscience que j’en parle comme si c’était la fin, or il reste le sixième tome, mais comme je les ai enchaînés jusqu’à maintenant, ce livre, c’est un peu le début de la fin… J’ai tellement hâte de lire le 6.

Pour conclure, Gone est une saga fantastique que je conseille à tous ceux qui veulent passer un bon moment, s’attacher à des personnages géniaux, réfléchir, stresser, avoir peur et pleurer (seulement si vous être émotifs comme moi pour ce dernier point, haha !).

Note : 10/10.

Louve

Bon, elle a tout dit, il ne me reste plus que les miettes – ou pas – !

Ce que j’aime dans ce tome, c’est que tout est – à première vue – calme et serein. MAIS non, pas du tout !! Ahaha !! Déjà, Drake s’échappe de sa prison, puis la paroi se couvre peu à peu de noir. Les enfants se retrouvent progressivement plongés dans une nuit totale.

Les personnages : Je les trouve bien choisis, tous ont une particularité, ils ne sont pas forcement facile à vivre ou évident à cerner. Autant de méchantes que de bons, des retournements de situations, des maladies et de belles amitiés.
Les couvertures : Toutes superbes !  Vraiment, je n’ai rien à redire. Les couleurs sont parfaitement choisies, et c’est vrai que les titres sont simples et percutants.
L’écriture : Ce que j’aime dans le style, c’est que l’auteur décrit bien, mais ne nous coupe pas dans le récit. De plus, le fait que chaque chapitre corresponde à un personnage – parfois et même souvent – inconnu, nous met plus dans l’histoire.

Je dirais donc comme Myrtille : Gone est une série à ne pas louper. On finit sur une note déstabilisante, mais on se retrouve dans le tome 6 de cette merveilleuse série !

Note: 10/10 !

Publicités

5 réflexions sur “Gone 5, La Peur

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s