Je veux vivre

Louve

Tessa vient d’avoir 16 ans. Elle est atteinte d’une leucémie, se sait condamnée et veut tout connaître de la vie avant de mourir. Zoey, sa meilleure amie, Adam son voisin et ses parents vont l’aider à réaliser ses rêves. Elle constitue une liste de choses à faire avant de partir :

1. Faire l’amour
2. Dire « oui » à tout durant une journée, quitte à faire des choses stupides
3. Prendre de la drogue
4. Transgresser la loi
5. Conduire une voiture (alors qu’elle n’a pas le permis)
6. Devenir célèbre
7. Rabibocher son père et sa mère pour qu’ils revivent ensemble
8. Tomber amoureuse
9. Accepter et se préparer à passer de l’autre côté.

(Evidemment, la liste est de moi, ces éléments n’étant pas précisés dans le résumé officiel, mais je vous met la liste pour que ce soit plus clair.)

Ce livre, je voulais le lire depuis longtemps, et surtout depuis que j’ai lu Nos Etoiles Contraires et L’année où tout a changé. Après tout, ça part d’un malheur, sur une adolescente. Sauf que, contrairement à Hazel ou Amy, Tessa n’est pas vraiment agréable. Toujours à agresser les autres pour un oui ou pour un non, sans être une seule fois reconnaissante, ou alors très peu. Ses relations avec ses parents sont tendues, avec sa meilleure amie aussi, même si j’ai l’impression qu’elle ne s’en rend pas compte. Ses parents (enfin, son père) fait pourtant tout pour être à ses côtés et lui tenir compagnie, pour l’aider et la soutenir. Mais pas un merci du côté de notre héroïne, qui reste sans compassion.

Tessa est très contradictoire. Un jour elle est heureuse d’être malade (oui, vous avez bien entendu) un autre elle craint la mort, un jour elle souhaite le pire aux gens qui l’aime, le second, elle leur reproche de ne pas être assez là, alors qu’elle les fuyait la veille… Ces changements réguliers m’ont été très désagréables, si bien que même après avoir fini le livre, je n’aime toujours pas Tessa.

Les personnages ne sont guère attachants, excepté à la toute fin.

L’un des plus désagréables était la meilleure amie de Tessa, Zoey, qui était franchement insensible et insouciante. Je n’aurais pas aimé les avoir comme amies ces deux-là ! Elles ne sont pas capables d’être agréables et matures plus de deux minutes (sauf à la fin)

C’est pour ça que j’ai été déçue, car, évidemment par rapport à Hazel, Tessa est un personnage bien fade, ou du moins, désagréable, presque négligente, que se soit avec elle-même ou avec les autres.

Pour passer à autre chose, je voudrais vous parler de l’écriture. je m’attendais à quelques chose d’un brin poétique (d’après le titre) et très émouvant. Disons que j’ai eu ce je voulais, mais en petite quantité…

Quand j’ai commencé ma lecture, j’ai trouvé le texte, les mots, les personnages, l’histoire, mais surtout l’ambiance, bruts. Avec des sentiments, certes, mais brutaux. Je ne vos décidément pas d’autres mots pour décrire la sensation que j’ai eu. Les émotions je les ai lues tout au long de l’histoire, sans pour autant les ressentir réellement, jusqu’à un certain point.

La poésie quand à elle, je l’ai trouvé aux fonds des mots et des propos, et je l’ai respiré à la toute fin.

J’en parle, j’en parle mais j’y viens, ne vous inquiétez pas. La fin. cette fin inévitable, annoncée par tout les signes, même dans le résumé.(Ce paragraphe sera entièrement mit sous SPOILER pour ne pas gâcher votre lecture.)

Pourquoi j’ai aimé cette fin ? Parce que, tout d’abord, les personnages et les situations ont évolués. SPOILER Les parents de Tessa se remettent peu à peu ensemble, Zoey est enceinte, et Adam sort avec Tessa.

Tous sont devenus un brin plus raisonnables et agréables, surtout Zoey, surement grâce à sa grossesse. Tessa elle, essaye toujours de vivre ses rêves, aux côtés d’Adam, qui l’aime éperdument. Elle se renseigne également beaucoup sur les bébés et les grossesses pour être là à l’accouchement de sa meilleure amie.

Malheureusement, pendant ce laps de temps, les choses se sont aggravées pour elle, et Tessa est en phase terminale de son cancer. Elle va mourir. Elle le sait. Pendant les dernières pages, elle écrit avec ses mots ses dernières volontés, et des recommandations pour ses proches, ce que j’ai trouvé très émouvant et triste.

Et, lors de sa mort, je me demandais comment l’auteur allait la faire mourir. Et bien  j’ai été très agréablement surprise par sa façon de faire.

Alors qu’elle est consciente de mourir et que ses proches lui disent adieu, Tessa repense à pleins de petites choses, comme le soleil dans sa tasse de thé ou la couleur du sable sur la plage.
Et lorsqu’elle meurt, on voit la poésie. //

Je vous assure que ça me fait mal de mettre tout ça en blanc, mais si vous voulez mon avis, il n’y a pas grand chose d’étonnant dedans. Si j’étais vous, je prendrais le risque mais bon, faites comme vous voulez :p

Note : 9/10.

Publicités

13 réflexions sur “Je veux vivre

  1. J’ai lu ce livre il y a environ cinq ans, et j’ai adoré. C’était la première fois que j’ouvrais un livre qui parlait d’un sujet grave (en dehors des oeuvres imposées au collège du type Primo Lévi, I mean). Tu ne sembles pas avoir été aussi bouleversée que je l’ai été, et pourtant tu notes très bien ce livre. Qu’en retiens-tu de positif finalement ?

    J'aime

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s