Phænix, tome 2 : Le Brasier des Souvenirs

CHRONIQUE DE MYRTILLE ET SLURPY

Myrtille

Elle a tout oublié, il se souvient de chaque instant.
Depuis l’origine des temps, ils se retrouvent pour former le Phænix et faire perdurer la légende.
Mais pour que l’oiseau mythique renaisse ce ses cendres, pour qu’ils puissent se rejoindre, elle doit regagner la mémoire, et le chemin qui la mènera à sa moitié.
Anaïa a découvert qu’elle était détentrice d’un secret oublié depuis longtemps. Deux garçons qu’elle a rencontrés à la fac, Eidan et Enry, attendent d’elle qu’elle se souvienne, qu’elle recouvre sa véritable identité.
Pour y parvenir, Anaïa doit explorer les recoins les plus sombres de son inconscient et emprunter un chemin où musique et sentiments se mêlent étroitement.
Prise dans le brasier des souvenirs, il lui faudra affronter bien plus que sa mémoire oubliée, et faire face aux démons de son passé.
Mais l’amour pourra-t-il suffire à réparer ce qui a été brisé et à écarter le péril qui la guette ?
.

Je me suis plongée dans le second tome bien plus facilement que dans le premier, bien que le début ait encore été un peu long. L’aspect mythologique m’avait manquée dans le 1, j’ai eu ce que je voulais avec le 2. Toujours à la recherche de sa mémoire, Anaïa va finalement retrouver ses souvenirs et nous conter l’histoire du Phaenix comme il se doit. Une assez belle histoire d’amour à laquelle mon petit cœur a sans surprise succombé…

« Après avoir subi les cendres froides de l’oubli,
j’avais retrouvé le brasier de mes souvenirs. »

Je me suis davantage attachée à Anaïa, j’ai beaucoup aimé la suivre dans la reconquête de ses souvenirs et dans ses « premiers pas » avec Eidan… Leur couple est vraiment adorable. Adorable étant par ailleurs un bien faible mot, le lien qui les unit est si puissant ! Je ne vais pas m’étendre, parce que c’est mieux à découvrir.

Qu’en est-il d’Enry ? Je le détestais dans le premier et tout ce que je dirais, c’est que c’est loin de s’être arrangé ici. SPOILER D’ailleurs, mon côté (très) rancunier n’a pas compris Anaïa lorsqu’elle a à tout prix voulu le sauver. Bon, j’admets ; elle le connaissait depuis si longtemps, il était comme son frère etc, mais il a préféré sacrifier son amitié avec Anaïa et Eidan contre la vie éternelle, et ça j’ai du mal à le digérer. Au passage : je ne suis pas convaincue par le rêve où il revient pour s’excuser, mais si ça peut aider Anaïa à faire son deuil… /

J’avais déjà souligné dans la chronique du premier tome que la place accordée à la musique m’avait beaucoup plu. Et bien cette fois-ci ça a été encore plus puissant pour moi, puisque j’étais avec mes écouteurs pendant ma lecture et je lançais les musiques en même temps qu’Anaia les découvrait. (Pour le premier, j’avais écouté les musiques après). Là, c’était vraiment très agréable, de plus j’aime toujours autant les choix de l’auteure. Je ne sais même pas comment dire à quel point j’ai trouvé absolument géniale la façon dont Eidan communiquait avec Anaïa à travers la musique.
Suite à ça, je ne peux que conseiller de lire Phaenix les écouteurs vissés dans les oreilles.

« Les gens ne regardent plus le ciel, Ana. Ils gardent les yeux baissés
sur leurs petits soucis, ils oublient que le monde peut être plus vaste. »

En petite conclusion à cette petite chronique, je dirais donc que sans qu’ils soient un coup de cœur, j’ai passé un très bon moment plongée dans ces deux livres au goût d’amour, de rêves et de musique

Note : 9/10.

Je vous redirige chez Jess où vous trouverez un avis bien plus développé qu'ici (et encore plus enthousiaste !)
Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s